Campagne de sensibilisation sur Radio Rurale Beyla

Campagne de sensibilisation sur Radio Rurale Beyla

Par Lansana Koné

Contexte

Le 8 mars de chaque année, le monde célèbre la journée internationale de la femme pour reconnaitre les réalisations des femmes et faire le point sur le progrès vers l’égalité hommes -femmes le thème retenu pour manifestation de cette année « leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19 ». Les mesures important aux populations de rester chez elles ont  paralysé les moyens de subsistance de nombreuses femmes dans le monde, la République Guinée et plus particulièrement la Préfecture de Beyla n’est pas épargnée ,qui officient comme coiffeuses ou comme vendeuses sur le marché par exemple les confinements, les craintes d’infection et les  pénuries  de personnels de santé figurent parmi les raisons qui expliquent les baisses enregistrées  dans l’accès  a la contraception, au soins prénatals et aux naissances dans les établissements de santé  en République  de Guinée et particulièrement   la Préfecture de Beyla, ces restrictions ,y compris la fermetures des écoles ont aussi accentué les risques de violence sexuelles et sexiste de grossesses chez les adolescentes et de déperdition scolaire ,surtout chez les filles .

C’est dans ce cadre que nous profitons au cours de cette journée pour passer le message fort de plaidoyers auprès des décideurs pour la sensibilisation communautaire aux mutilations génitales féminines, mariage d’enfant et les conséquences sur les quelles les femmes et filles qui sont victimes à travers les médias, la radio rurale de Beyla, les   conférences débats, les émission s interactives et la table ronde

Objectifs

L’objectif de cette campagne c’est l’élimination des MGF/E travers les médias, pour le respect des engagements de la non pratique des MGF/E

  • Les objectifs spécifiques ;
  •  Sensibiliser pour identifier les efforts pour éradiquer en impliquant l’ensemble des communautés sur l’abandon de la pratique des MGF/E ;
  • Prévenir de la violence aux femmes et aux filles ;
  • Lutter contre la discrimination à l’égard des femmes et les filles dans le droit et la pratique Renforcer les groupes religieux et d’autres organisations.
  • Intégration et intensification des efforts pour l’abandon de MGF/E à travers des activités pour Faire passer le message à la communauté l’urgence d’abandonner les MGF/E pour des raisons tenant aux droit de l’hommes et à la santé.
  • Sensibiliser les communautés au respect des mesures de prévention éditées par les services spécialisés à la matière dans le covid-19

Déroulement du projet

Les mutilations génitales féminines en Guinée sont généralement pratiquées dans la très petite enfance ,la Préfecture de Beyla n’est pas exclue de cette pratique  par les praticiennes traditionnelles la prévalence varie en fonctions de l’appartenance ethnique, du niveau de scolarisation des parents et du milieu socioéconomique  même si les mentalités évoluent grâce aux nombreuses campagnes d’information et de  sensibilisation  à travers  les médias , le poids social de cette pratique commence à réduire dans nos communautés par l’implication  des organisations  de la société civile, les médias , les religieux ,la sage-femme de l’hôpital ,les médecins les femmes exciseuses et les femmes qui sont victimes. , pour d’énoncer les conséquences  néfaste  de cette  pratique dans la vie  des filles et femmes dans les communautés.

Les femmes  qui subit l’excision  soufrent des divers  maux  tout au long  de leur vie fistules obstétricales  difficiles  a l’ accouchement le rapport   sexuels  douloureux mais raison  du manque d’ information de faiblesse  niveau d’ éducation  elle ne corrèlent  pas  ces problèmes  a leurs mutilation beaucoup  sont  persuadées  que toutes  les  femmes  rencontrent   ces  difficultés  certaines  l’explique  pour les raisons  occultes  l’en jeu principal  pour  les associations de lutte  contre l’excision  est donc  d’ expliquer  les conséquences  pour  démontrer les méfais.                                                                          

Points positifs

Aujourd’hui, grâce au campagne de sensibilisation et d’information à travers la radio rurale de Beyla la pratique commence à réduire par la prise de conscience de ces acteurs dans les communautés.

 « Mobilisons-nous pour éliminer les MGF et le mariage d’enfant dans nos communautés »

« Ensemble nous pouvons »

Point 1 : le projet de sensibilisation pour les mutilations génitales Féminines et le mariage d’enfant a été une réussite dans la préfecture. Aujourd’hui certaines communautés ont fait une déclaration publique pour l’abandon de la pratique   à travers les conférences débats les Émissions Interactives et la table ronde.  

Point 2 : les messages rediffusés chaque jeudi soir par la radio rurale de Beyla est beaucoup apprécié par les Citoyens car pour un changement de comportement nécessite beaucoup d’efforts c’est un travail de longue haleine.

Difficultés

A commencé de la planification, l’organisation jusqu’à l’exécution des activités Aucune difficulté majeure a été constaté pour la mise en œuvre du projet médiatique dans la Préfecture les autorités locales ont beaucoup appréciés. Cependant il est a signalé qu’à cause de la pandémie de COVID-19 pour les mesures de restriction décrété par le gouvernement guinéen la conférence débats na pas connue beaucoup de mobilisation comme prévue.

Réactions

Les messages forts des auditeurs et spectateurs étaient positifs a commencé par les conférence débats, les émissions interactives et les table ronde.

« Ne touche pas ma fille » ;

« L’excision ne passera pas par moi »

La portée de l’évènement à couvrir toutes la préfecture de Beyla, plus quelques

Villages des préfectures de Lola et Kérouané à cela s’ajoute quelques villages de la république sœur de la Cote D’ivoire.  (Estimée à plus 750 milles personnes)

L’impact du projet médiatique a eu un effet positif dans les communautés pour un changement de comportement   à l’abandon de la pratique de l’excision et le mariage d’enfant

Grace a ces campagnes de sensibilisations médiatiques à travers la radio rurale il y a une réduisons de ces pratiques dans nos communautés.

Recommandations

  • La poursuite de cette campagne de sensibilisation à travers les médias car le changement de comportement est un travail de longue haleine nécessite beaucoup d’effort pour une synergie d’action. 
  • Donner la parole pendant les émissions interactives aux filles et aux femmes qui sont victimes dans les communautés de cette pratique en fin de dénoncer les conséquences désastreuses.
  • Impliquer   les juristes pour se prononcer les pénalités de tous contrevenants de cette pratique dans nos communautés.
  • Pour clore cette journée internationale de la femme, nous invitons chacun d’entre nous à reconnaitre les compétences de leadership et le potentiel des femmes, ce qui nous rapprochera de l’équité hommes -femmes. Surmonter les inégalités dans nos sociétés induira une meilleure santé, ainsi que le développement et la prospérité pour tous.